"Un postulat de base réaliste et des recommandations pragmatiques font de ce rapport une véritable feuille de route à l’attention de la Commission européenne et des Etats membres" a déclaré la députée européenne Tokia SAÏFI à l’issue du vote.

"Réaliste d’abord, car il reconnait que toutes les PME n’ont pas vocation à s’internationaliser. A l’heure actuelle, 13% des PME exportent hors de l’UE et 4% envisagent de le faire à moyen terme".

"Surtout, il préconise que les PME tentent d’abord l’expérience de l’exportation au sein du marché unique, avant de dépasser les frontières de celui-ci. La Commission européenne a parfois tendance à le perdre de vue lorsqu’elle élabore ses programmes à destination des PME : leur internationalisation passe d’abord par une meilleure intégration au marché unique" a constaté l’eurodéputée.

"Pragmatique ensuite, car il contient des recommandations précises, basées sur les demandes exprimées par les PME elles-mêmes, notamment en matière d’accès à l’information et aux capitaux. Par exemple, au cours des deux dernières années, un tiers des PME qui ont demandé un prêt ne l’ont pas obtenu ou ont obtenu un montant inférieur à celui qu’elles avaient demandé. Or, elles peuvent également obtenir des financements via le programme-cadre pour la compétitivité et l’innovation, le nouveau programme COSME ou encore l’un des 300 programmes de soutien public existants" a conclu Tokia SAÏFI.

 

Inscrivez-vous à ma lettre d'informations :