Pour l’eurodéputée, « le sommet de ce week-end, couplé au Forum Anna Lindh pour la société civile qui a rassemblé un millier de représentants politiques, économiques et associatifs de la région euro-méditerranéenne, montre que nos efforts commencent à porter leurs fruits et que notre méthode est efficace ».

« Et il montre que malgré les bouleversements qu’a connus la région, l’UpM reste un cadre de travail pertinent et efficace… pour peu qu’on lui en donne les moyens! », a-t-elle souligné.

« Alors que les négociations sur le cadre financier pluriannuel sont en cours, je me félicite de l’engagement renouvelé des Présidents de parlements à soutenir le développement de la région. Maintenant c’est à nous, parlementaires, d’être vigilants, quant au respect de cet engagement ».

« Au niveau européen, la situation est plutôt inquiétante, le budget alloué aux relations extérieures étant déjà réduit à la portion congrue. Mais selon le principe « plus pour plus », qui guide cette politique, les résultats positifs des premiers projets de l’UpM devraient rééquilibrer la répartition géographique des fonds vers la région euro-méditerranéenne», a conclu Tokia SAÏFI.

Les 6 et 7 avril s’est tenu le premier sommet des Présidents des parlements de l’Union pour la Méditerranée à Marseille (lire la déclaration)
Les Présidents ont pu entendre les conclusions du Forum Anna Lindh pour la société civile, qui a réuni entre le 4 et le 7 avril un millier de représentants de la société civile, des jeunes, des élus locaux et des acteurs économiques des deux côtés de la Méditerranée.

 

Inscrivez-vous à ma lettre d'informations :