« Concrètement, nous encourageons les pays en développement et les moins avancés à intégrer des éléments de politique commerciale dans les autres politiques pertinentes (agriculture, industrie, etc.) et nous encourageons l’Union européenne et ses Etats membres à maintenir et développer leurs instruments ad hoc, comme le système de préférences généralisées » a déclaré l’eurodéputée à l’issue du vote.

« Nous sommes en train de préparer notre position sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement après 2015. Plus que jamais, nous devons inspirer des solutions qui ont fait leurs preuves sur le terrain! Un exemple, celui de la Côte d’Ivoire : pour tous les observateurs, ce pays a pu rattraper son retard de développement par une politique commerciale et d’investissement innovante et systématique » a-t-elle précisé.

« L’autre avantage de la politique commerciale européenne en faveur du développement, c’est qu’elle ne grève pas des budgets déjà très serrés, car il s’agit le plus souvent d’aide technique (par exemple, un soutien technique pendant des négociations d’accords commerciaux). Si nous nous battons pour conserver un niveau suffisant de fonds européens alloués au développement. Mais nous devons en parallèle innover, pour utiliser ces fonds avec le plus d’efficacité possible » a conclu Tokia SAÏFI.

 

Inscrivez-vous à ma lettre d'informations :