La réforme des instruments de défense commerciale (IDC) européens était, pour Tokia SAÏFI,  » simplement nécessaire : rien n’avait été modifié depuis une quinzaine d’années. Si nos IDC restaient pertinents sur le fond, plusieurs affaires récentes dont celle des panneaux solaires chinois, ont bien montré qu’ils n’étaient plus toujours adaptés à l’environnement commercial mondial « .

« Notre souci constant a été de mieux armer nos entreprises contre toutes les formes de dumping, commercial, social et environnemental. Ce n’est pas être protectionniste que de donner à nos entreprises les outils nécessaires pour se défendre, c’est faire preuve de réalisme économique ».

« Nous avons également cherché à moderniser de manière très concrète les règlements européens existants. Par exemple, nous avons voulu faciliter l’accès des petites et moyennes entreprises aux IDC ou diminuer les délais d’enquêtes afin de renforcer leur sécurité juridique ».

« J’attends maintenant de la Commission européenne, qui a commencé très tard ses travaux et nous a imposé un calendrier resserré, ainsi que le Conseil, se mettent très vite au travail. Notre objectif commun doit être que ces IDC modernisés entrent en vigueur le plus rapidement possible » a conclu l’eurodéputée.

Inscrivez-vous à ma lettre d'informations :