L’année européenne pour le développement a officiellement été lancée le 9 janvier dernier, à Riga, en Lettonie.

C’est la première fois qu’une année est dédiée à une politique extérieure de l’Union, et elle aura pour but de faire connaître aux citoyens l’engagement de l’Union Européenne (UE) pour éradiquer la pauvreté, lutter contre les inégalités et défendre les droits de l’homme. Tout au long de l’année 2015, de nombreuses manifestations européennes et nationales se pencheront sur douze thématiques, telles que la santé, les femmes et les filles ou encore le réchauffement climatique.

En 2013, l’aide européenne, c’est à dire l’aide cumulée de la Commission européenne et celles de budgets nationaux totalisait 56,2 milliards d’euros. L’Union européenne est, de loin, le plus grand pourvoyeur d’aide au développement au monde, avec un montant annuel qui représente environ 0,42%  du RNB de l’Union contre une moyenne de 0,29% pour l’ensemble des pays les plus développés.

2015 est une année doublement stratégique pour le développement. D’une part, elle correspond à la finalisation de l’agenda international post-2015, avec notamment la Conférence des parties à la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21) qui aura lieu à Paris en décembre 2015 pour trouver un accord international sur le climat. D’autre part, 2015 représente la date butoir des objectifs du millénaire pour le développement (OMD), qui, en 2000,  ont établi huit grands objectifs pour éradiquer la pauvreté. Depuis 1990, 600 millions de personnes sont sorties de l’extrême pauvreté.

Malgré cette forte mobilisation de la part de l’Union et de ses Etats-membres, les défis humanitaires restent importants et présentent sans cesse une complexité nouvelle: l’épidémie d’Ebola, les réfugiés de zones en crise telles que le Moyen-Orient ou le continent africain, les enjeux environnementaux, etc. Une enquête récente d’Eurobaromètre révèle d’ailleurs que 67% des Européens sont favorables à l’aide au développement.

Le Parlement européen suivra de près ces activités, et les eurodéputés auront à coeur de s’engager dans cette année européenne du développement.

tokia-saifi-2015-annee-europeenne-developpement

Inscrivez-vous à ma lettre d'informations :