« Il est urgent de mettre en place une protection au niveau européen des indications géographiques (IG) pour les produits non agricoles afin de protéger nos entreprises de la contrefaçon et de la concurrence déloyale mais également de pouvoir garantir aux consommateurs un savoir-faire et des produits de qualité » ont déclaré Tokia Saïfi, rapporteur pour le Groupe PPE sur ce texte, et Franck Proust à l’issue du vote sur le sujet en commission du Commerce international.

IGP.non.agricoles.tokia.saifi

« Actuellement, aucune protection unitaire des IG de l’Union n’est prévue pour les produits non agricoles comme la dentelle de Calais ou les couteaux Laguiole. Or, nous sommes trop souvent confrontés à des produits étrangers utilisant des dénominations géographiques qui sont fausses ! Ces usurpations engendrent des pertes d’emplois et la disparition d’un savoir-faire traditionnel de qualité » ont expliqué les eurodéputés.

« La reconnaissance et la protection des indications géographiques des produits non agricoles feront partie des priorités de l’Union européenne dans les négociations commerciales de futurs accords de libre-échange et dans les négociations au sein de l’OMC. L’UE va également développer l’image de qualité des produits européens sur la scène internationale et nos entreprises gagneront en parts de marché » ont déclaré Tokia Saïfi et Franck Proust.

« Durant le travail sur le texte, nous avons veillé à rappeler que cette protection européenne doit être mise en place dans le cadre d’un dispositif simple et peu couteux afin que nos entreprises, et notamment les PME, puissent y accéder » ont conclu Tokia Saïfi et Franck Proust.

Inscrivez-vous à ma lettre d'informations :