Retrouvez ici le communiqué de presse de Tokia Saïfi et de Franck Proust à la suite de l’adoption par le Parlement européen des recommandations concernant les négociations en cours du Partenariat Transatlantique de Commerce et d’Investissement (PTCI/TTIP), le 8 juillet 2015 :

image.tokia.saifi.ttip.pleniere.parlement.europeen

« Le Parlement est parvenu à adresser aujourd’hui un signal important, et a rappelé ses lignes rouges », ont déclaré Tokia Saïfi et Franck Proust à l’issue du vote du rapport concernant les négociations du Partenariat Transatlantique de Commerce et d’Investissement (PTCI/TTIP), en session plénière du Parlement européen.

« L’exclusion des services publics et des services audiovisuels des négociations, la protection de nos normes et de notre modèle agricole, la protection de nos choix de société, la reconnaissance des indications géographiques, la nécessité d’un accès réciproque aux marchés publics, voici quelques-unes des lignes rouges que nous sommes fiers d’avoir toujours défendues », ont poursuivi les députés européens.

« Les profondes divisions qui secouent le groupe des socialistes ont à maintes reprises menacé l’obtention d’un compromis. Toutefois, nous sommes parvenus à sortir de cette situation de blocage en démontrant non seulement la nécessité de protéger nos investisseurs à l’étranger, mais également d’abandonner le mécanisme de règlement des différends investisseur-État dans son fonctionnement actuel.

Ce dernier doit en effet être réformé afin de respecter le droit à réguler des États. Il doit fonctionner comme une véritable juridiction publique. Il devra en ce sens répondre à des obligations de transparence, et comprendre un mécanisme d’appel », ont précisé les eurodéputés.

« Nous avons su écouter et exprimer les préoccupations des citoyens, nous y resterons attentifs et nous adressons aujourd’hui un message clair de vigilance aux négociateurs », ont poursuivi Tokia Saïfi et Franck Proust.

« Les populistes anti-TTIP appellent au repli sur soi. Ils ont fait campagne de leur côté, ont refusé de négocier des compromis et ils se plaignent désormais que d’autres réfléchissent à leur place au rôle de l’Union européenne dans le monde. Finies les postures, on passe désormais à la réflexion et au travail », ont conclu Tokia Saïfi et Franck Proust.

 

Inscrivez-vous à ma lettre d'informations :