PNR européen : il faut en finir avec les postures.

 

Après la France, la Belgique vient à son tour d’être frappée par la haine et la violence aveugle.

Mes premières pensées ont tout naturellement été pour les victimes, leurs proches, et l’ensemble du peuple belge.

L’émotion que nous ressentons tous doit se traduire en actes politiques forts.

Face à un phénomène aussi complexe, il ne peut malheureusement pas y avoir de solution unique et simple.

Il appartient toutefois aux responsables politiques de mettre en place tous les dispositifs nécessaires afin de lutter contre ce fléau qu’est le terrorisme.

Dans cet arsenal juridique dont nos démocraties doivent pouvoir disposer, le PNR (Passenger Name Record) a toute sa place.
Cette collecte de données des passagers aériens au départ ou à destination de l’Europe, peut en effet assurer la traçabilité des voyageurs et ainsi contribuer à identifier les individus potentiellement dangereux.

Or, une alliance de circonstance entre les groupes de gauche et le Front National bloque actuellement l’adoption du PNR au Parlement européen.

Pas plus que mes collègues eurodéputés français Les Républicains, je n’entends abdiquer notre liberté au nom de la sécurité.
Mais il est temps de comprendre que la violence terroriste est telle aujourd’hui qu’elle en vient précisément à menacer notre liberté : notre liberté d’aller et venir, notre liberté de penser, notre liberté de vivre, tout simplement.

Il est temps d’en finir avec les tergiversations politiques et les prétextes de procédure.

Personne ne peut raisonnablement prétendre que le PNR n’éliminera à lui seul la menace terroriste, mais sa mise en place rapide y contribuera de façon concrète.

L’extrême gravité de la situation doit aujourd’hui conduire tous les responsables politiques européens et nationaux à être dans leurs actes à la hauteur de l’unité affichée spontanément et réclamée par les citoyens.

 

    *      *      *

Pour obtenir davantage d’informations sur le PNR européen, cliquez ici.

pnr,europeen,tokia,saifi.mars.2016

Inscrivez-vous à ma lettre d'informations :