Communiqué de presse à la suite du débat en plénière le 10 mai 2016 sur la reprise des négociations commerciales entre l’Union européenne et le Mercosur.

Négociations UE-Mercosur: l’agriculture n’est pas une monnaie d’échange

« La reprise des négociations avec le Mercosur semble avoir lieu dans la précipitation et nous préoccupe vivement », ont déclaré Tokia Saïfi et Michel Dantin en amont de leur intervention lors du débat en session plénière sur le sujet.

«  Rappelons tout d’abord que le mandat de ces négociations date de 1999 et que le dernier échange d’offres a eu lieu en 2004 ! Le mandat de négociation doit donc être révisé et notamment prendre en compte les objectifs poursuivis par les accords dits de « nouvelle génération » », ont expliqué Tokia Saïfi et Franck Proust.

« La situation du marché européen a également évolué, les enjeux sont différents et le secteur agricole traverse actuellement une grave crise. C’est pourquoi nous refusons que la Commission négocie dès à présent les produits agricoles sensibles en les incluant dans l’offre qu’elle s’apprête à faire au Mercosur. Une telle démarche pourrait mettre en péril le secteur agricole européen et enverrait un mauvais signal à nos agriculteurs qui traversent une période difficile », ont ajouté les députés européens.

« De plus, la Commission poursuit actuellement des négociations avec d’autres partenaires et va en lancer de nouvelles très prochainement ; il est donc urgent qu’elle réalise enfin une analyse d’impact du cumul des contingents déjà octroyés dans les autres accords en matière de produits agricoles sensibles. La Commission doit faire preuve de plus de prudence et l’agriculture ne doit pas servir de monnaie d’échange », ont conclu Michel Dantin et Angélique Delahaye.
image.mercosur.tokia.saifi.negociations.trade

Inscrivez-vous à ma lettre d'informations :