Lors de la visite du Premier ministre néo-zélandais à Bruxelles le 10 janvier dernier, le président de la Commission européenne a déclaré au sujet des futures négociations d’un accord commercial UE-Nouvelle-Zélande: «Négocier un tel accord nécessite normalement entre cinq et dix ans. Mais je pense que deux à trois ans devraient suffire (…)».

La Commission est actuellement en train de préparer le lancement de ces négociations et il me semble important, à ce stade, de rester prudent quant à leur déroulement.

De plus, dans sa résolution du 25 février 2016 sur l’ouverture de négociations d’accords de libre-échange avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande, le Parlement soulignait notamment la sensibilité des produits agricoles et demandait à la Commission d’instaurer pour les produits les plus sensibles des périodes de transition ou quotas appropriés ou de s’abstenir de prendre des engagements.

La Commission peut-elle indiquer:

l’état des lieux de la préparation de ces négociations avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande et ce qu’il en ressort?
si elle s’engage à prendre en compte la demande du Parlement européen concernant les produits agricoles sensibles?
si elle considère plus généralement que pour toute négociation commerciale, le contenu doit primer sur le rythme des discussions, afin d’aboutir à des accords équilibrés et ambitieux?

Inscrivez-vous à ma lettre d'informations :