Politique industrielle, lutte contre le dumping social et fiscal, défi climatique, maîtrise des flux migratoires, de plus en plus d’enjeux essentiels pour nos sociétés se jouent au niveau européen.

Les décisions prises par l’Union européenne ayant de plus en plus de conséquences sur la vie de nos concitoyens, il est indispensable qu’elles puissent s’appuyer sur une légitimité populaire elle aussi de plus en plus large.

Dans une démocratie, cette légitimité repose sur le vote et sur un débat électoral présentant clairement les différents programmes qui seront appliqués.

Même si les principaux groupes politiques représentés au Parlement européen élaborent déjà des programmes à dimension européenne, ceux-ci sont malheureusement trop souvent occultés par les enjeux nationaux lors des campagnes électorales.

Je reste donc convaincue que la création de listes européennes aurait offert une opportunité supplémentaire pour garantir davantage de visibilité aux problématiques européennes ainsi qu’une meilleure lisibilité des enjeux de ces élections pour les citoyens, et donc au final un surcroît de démocratie.

J’ajoute par ailleurs que ces listes transnationales n’auraient aucunement gommé les spécificités nationales qui doivent elles aussi pouvoir s’exprimer à l’occasion des élections européennes.

Ces listes transnationales seraient venues en effet en complément des listes et programmes élaborés par les partis nationaux, offrant ainsi aux citoyens l’occasion d’exprimer d’une façon supplémentaire leurs choix politiques.

Œuvre unique dans le monde, l’Union européenne n’est pas un modèle figé et doit au contraire sans cesse s’adapter aux nouveaux enjeux et aux attentes des citoyens.

Complémentaire des listes nationales, la présentation de listes européennes nous aurait ainsi permis d’être fidèles à l’ADN européen d’union dans la diversité.

 

Inscrivez-vous à ma lettre d'informations :